Par mesure de prudence, un établissement à caractère privé a toujours besoin d’intégrer un professionnel du domaine juridique en son sein. Vu l’importance de ses interventions : assistance, représentation ou conseils juridiques, il lui semble difficile de le résister. La vie d’une entreprise n’est pas toujours toute rose et ne se limite pas au gain d’argent.

Dans son existence, elle peut être confrontée à des questions d’ordre juridique.Dans la plupart des cas, celles-ci ne sont pas de la compétence ni à la portée des dirigeants d’entreprise, d’où l’intérêt d’avoir ce professionnel sus-mentionné. Un juriste d’entreprise ou un avocat d’entreprise peut parfaitement jouer le rôle, mais qui des deux choisir ?

Alors, avocat ou juriste d’entreprise ?

Les avocats ont pleine compétence et dotés d’un savoir-faire suffisant pour intégrer une entreprise. Ils peuvent se targuer d’être juriste tandis que les juristes ne peuvent pas se prévaloir d’être avocat. Il s’agit d’une question de titres et d’attributions. Leurs missions sont similaires et complémentaires sans être totalement opposées. A ce propos, les avocats gagnent une longueur d’avance par rapport aux juristes d’entreprise. Les expériences et les compétences jouent en leur faveur, ils ont l’habitude de porter une affaire devant la cour et traiter de grands dossiers avec toutes ses contraintes. Bien sûr, les titres diffèrent, mais les formations suivies sont presque les mêmes.

Devant leur recruteur, le diplôme de master 2 en droit, complété par une formation à l’étranger, ajouté d’une connaissance d’au moins une langue étrangère, maîtrise des questions comptables, finances, fiscales et etc. sont requis. Un juriste doté de ce cursus peut être un adversaire de taille pour un avocat. L’avocat a comme principales tâches de conseiller, négocier, rédiger, représenter et défendre ses clients devant les prétoires. Ces qualifications ne sont pas de l’attribution des juristes d’entreprise.

Par rapport à sa spécialisation, l’avocat est plus indépendant et exerce en toute liberté. Sa carrière est évolutive, il peut se passer du cabinet juridique à homme d’Etat sans problème. Ces données peuvent augmenter ses privilèges auprès de la clientèle, quitte à augmenter le nombre de son intervention sur de niveaux différents. Il peut exercer 2 fonctions en même temps comme passer du barreau à l’entreprise et vice versa. C’est un défi très risqué et qui n’est pas gagné d’avance pour les non habitués.

Il faut être bien préparé et de s’armer de grandes forces mentales. Le métier des juristes d’entreprise tend surtout vers l’internationalisation. Les groupes internationaux aux multiples collaborateurs font plus appel à leurs services. Contrairement à l’avocat avec son cabinet juridique, ses exercices dépassent le cadre d’une petite structure.

Face à aux juristes d’entreprise, les avocats sont en position de force. Ils maîtrisent l’engrenage du système judiciaire et savent contourner les failles. Avec la contribution des meilleurs cabinets d’avocat, il n’y a aucun risque de mauvaise interprétation de la loi. Leurs qualités et compétences convergent plus vers l’analyse, l’organisation, le sens des détails et autres. Ils sont quand même tous les deux tenus au secret des informations dans l’exécution de leur profession.

La victoire revient à l’avocat

Dans une entreprise, le respect du droit du travail prévaut. Il appartient à l’avocat de le faire régner et mettre une dose d’équilibre entre les intérêts des employeurs et employés. Il est dans l’intérêt des 2 parties de bien s’entendre et de se soumettre à l’application de la loi. Sur le plan théorique, cette constatation est satisfaisante.

Mais en réalité, ce droit est souvent méconnu, ignoré et mal appliqué. Les questions prud’hommales, procédurales, préjudicielles comme les dommages-intérêts reviennent sans cesse à l’intérieur d’une entreprise. Qu’on le veuille ou pas, ce genre de problèmes nécessitent l’appui d’un expert en droit. Ils peuvent porter atteinte à la bonne marche d’une structure que ce soit directement ou indirectement.

Alors, chefs d’entreprise, n'oubliez pas de vous entourer d'un bon avocat à Cannes ou de n’importe quelle ville en France. Pour des problèmes d’ordre prud’hommal, l’avocat est le seul habilité à apporter des solutions conformes. Il joue le rôle d’un représentant devant la cour et assure la défense de ses clients (employeur ou employé). Les difficultés des entreprises reposent sur la rédaction du contrat de travail, le respect du temps de travail et la non divulgation des secrets professionnels.

Les requêtes des salariés tournent autour de la réclamation de ses droits. Souvent, certains abus sont constatés dans l’application du licenciement surtout pour les employeurs qui veulent se débarrasser plus tôt de ses seniors. Le renvoi ne doit pas s’effectuer n’importe comment au risque pour les employeurs de se voir rembourser une grande somme à titre de préjudices subis.

L’employeur a intérêt à se conformer à la loi et à s’acquitter de ses obligations. Dès lors qu’il y a signature du contrat du travail, le salarié s’engage à respecter de ce qui est convenu dedans. Le non respect des engagements peut compromettre la responsabilité civile de l’un des 2 parties.